Cover for Pourquoi il est important de caractériser ses machines d’impression article

(Applicable à toute technique d’impression)

Aujourd’hui l’utilisation des procédés standardisés est devenue pratiquement la norme, n’importe la technique utilisée. Pour les appliquer les imprimeurs, agences, industrielles et autres ont recours à des normes telles que ISO, FOGRA, IDEAlliance et bien encore d’autres. Chaque norme ou standard met à disposition des profils plus ou moins génériques qui couvrent leur champ d’application. Ces profils sont utilisés comme base de travail tout au long de la chaîne graphique et servent particulièrement pour faire des épreuves. Mais sont ils vraiment fiables ? S’ils s’avèrent souvent comme satisfaisants, aussi souvent il y a des problèmes.

Pourquoi ? Chaque machine à ses propres caractéristiques qui viennent des facteurs variés. Le blanchet, la frappe, dépouille d’encre, gravure des plaques, manchons ou cylindres etc. Deuxième facteur est le substrat d’impression. Même que beaucoup des papiers, cartons, films ou encore d’autres soient comparables entre eux dans leur catégorie – aucun n’est vraiment identique à un autre. Même des substrats labellisés ne font pas exception car chaque norme à ses marges. Tous ces points nous font douter de la pertinence de la chaîne graphique utilisée – et à juste raison !

Voici l’exemple par un cas réel du domaine packaging en héliographie.

Différence gamut globale. En filigrane le profil CMJN que la machine peut réellement produire. En solide le profil standardisé.‌‌

Quelles seront les conséquences ?
nous nous privons d’un vaste parti du gamut que nous sommes en réalité capable de reproduire car lors de l’étape de la gravure le gamut de l’original sera comprimé dans le gamut cible. Autre point important, nous ne serons pas en mesure de reproduire le parti du gamut qui dépasse le gamut réel de notre couple machine/substrat. Ce qui peut donner ça : Une partie de l’impression livrée ne correspond pas à ce que le client a eu comme « épreuve certifiée ». (La photo était prise par hasard, le résultat aurait pu être encore pire ou meilleur avec une autre).

La qualité de votre écran ainsi que son calibration rentrent en jeu aussi. Même si le client accepte le résultat, il va au moins avoir des doutes sur nôtre qualité de travail – ce qui risque de l’influencer lorsque il doit choisir un imprimeur pour sa prochaine commande. Pourtant, avec une machine caractérisée l’épreuve ne sera pas seulement fiable mais on aurait pu se rapprocher encore plus de l’original. La satisfaction du client est de nos jours un enjeu majeur.

Original Épreuve Imprimé

Abordons maintenant l’aspect économique.
Lorsqu’un imprimé ne comporte pas seulement des parties composites mais aussi des tons directs telles que Pantone, RAL, HKS etc. l’imprimeur se voit contraint d’imprimer CMJN+N. Dans notre exemple nous avons cependant un gamut largement supérieur au profil générique, nous avons donc la possibilité de reproduire encore plus des tons directs avec CMJN – en plus, la transformation sera fiable avec un résultat prévisible. Dans la capture d’écran on voit bien les teintes du nuancier Pantone solide coated qui se trouvent désormais aussi dans la zone de reproductibilité.

Avec un logiciel dédié nous pouvons donc établir est-ce qu’un Pantone, RAL ou autre sera reproductible en CMJN SANS perte de qualité.

Pantone 2464C à l'extérieur du profil générique
Pantone 2464 C, à l’intérieur du profil de notre machine

.Nous pouvons donc tout imprimer en CMJN (le Delta réel est de 0,16 – donc non percevable).

L’imprimeur en question est allé encore plus loin. Il a caractérisé ses machines hélio avec des combinaisons différentes. Il applique ainsi une vieille astuce que j’ai connue avant la standardisation. Dans le temps nous avons remplacé, en cas de besoin pour « rattraper », une des primaires par un Pantone. Là ce n’est plus une méthode de dernier recours pour sauver in tirage mais un procédé contrôlé avec un résultat prévisible et entièrement fiable.

Encore plus des Pantone dans notre gamut. Comparaison entre profil machine CMJN et profil machine « amélioré »


Quand toutes les machines dans notre atelier sont caractérisées nous pouvons alors choisir la machine la plus avantageuse. Utiliser la 4 couleurs en lieu de 5/8/12, la 8 couleurs en mode retiration en cas de recto/verso etc. Les économies peuvent donc être faites sur plusieurs axes : Nombre des plaques, cylindres, calages, temps de roule… Si le coût d’une plaque offset peut paraître dérisoire (et encore sur l’année…), en hélio, sérigraphie rotative ou flexo (manchons) le retour sur investissement se ressent rapidement.

La caractérisation et ses coûts.
Contrairement à ce que l’on entend souvent il y a bien moins des coûts en temps et en équipement que certaines personnes le prétendent. Comme équipement de base il suffit d'un spectrophotomètre et d'un logiciel pour créer des profils. On doit les choisir selon plusieurs critères : mode de lecture (attention, un nouveau standard est en vue – vérifiez donc la compatibilité entre spectrophotomètre et les normes), les substrats utilisés, le temps pour effectuer les lectures… Et surtout la qualité et la versatilité !!


Même si j’ai déjà lu, dans certaines dépliants commerciales, qu’il faut bloquer la machine une journée entière et peut-être même payer un prestataire 4 000 € par profil si l’on n’a pas l’équipement, la vérité est ailleurs. En temps machine ça coûte le temps d’un calage, si vous êtes un peu  organisé vous caractérisez plusieurs substrats groupéssur la même machine. Un calage standard prend combien de temps déjà ? Une fois les plaques calées le changement de papier et le réglage d’encrier prend une journée ? Même dans le temps de la typographie nous étions déjà plus rapides… Je connais aussi quelques prestataires, aucun n’oserait demander un tel montant. Cependant il faut le payer par profil et de plus vous n’avez pas la possibilité d’utiliser un système de contrôle de qualité qui permet le réajustement rapide de vos profils en cas de besoin.

Je ne peux pas avancer des chiffres précises car chaque installation doit être regardée individuellement selon l’activité, parc machines, équipement déjà sur place ou non… Mais je peux vous garantir qu’un retour sur investissement sera rapide et assuré. Si le sujet vous intéresse ou vous souhaitez franchir le pas – vous pouvez me contacter par mail sales(at)coraye.com. En dehors du fait que nous proposons des solutions, nous aimons partager notre savoir-faire pour améliorer la qualité en simplifiant le travail dans les ateliers.

Teilen:

Aktuelle Veröffentlichungen